La région Île-de-France encourage l’utilisation du vélo

Pour encourager les Franciliens à adopter un mode de déplacement plus doux, la présidente Valérie Pécresse a annoncé un train de mesures. Son plan a été dévoilé le jeudi 16 janvier 2020. Voici ce qu’il faut en retenir.

Pub

Tripler la pratique du vélo d’ici 2021

Selon la présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse, le vélo s’apparente à « tout un écosystème ». Aussi, souhaite-t-elle que tous les Franciliens adoptent ce moyen de transport plus écologique pour leur déplacement quotidien. Son objectif est donc de tripler la pratique du vélo d’ici 2021. Dans cette optique, la présidente envisage la mise en place de 100 000 places de parking à proximité des gares pour 2030 et 50 000 d’ici 2025. Ce programme bénéficiera d’une enveloppe de 140 millions d’euros.

Aujourd’hui, la région compte encore environ 4 000 places de parking entièrement sécurisées dans les gares. Ces emplacements ont été baptisés parcs Véligo. Leur usage implique un abonnement annuel d’un montant d’approximativement 20 euros. D’ici la fin de l’année, les places pourront être ouvertes à tous les abonnés sans supplément. Il faut cependant noter que le système souffre d’un vice : l’accès est extrêmement saturé et l’inscription s’opère sur une longue liste d’attente.

Une aide à l’achat prévue

Depuis le 1er décembre 2019, les Franciliens qui achètent un vélo à assistance électrique touchent une aide de la région. Cette subvention se situe aux alentours de 500 euros. Il faut cependant noter que le site internet pour envoyer la demande d’aide ne sera en ligne que le 20 février 2020. Ce programme prévoit la mise en vente de plus de 30 000 vélos pour une enveloppe totale de 12 millions d’euros.

Initialement, cette forme de subvention avait été réservée à l’acquisition d’un vélo à assistance électrique. Aujourd’hui, l’aide s’étend à l’achat d’un vélo cargo qu’il soit ou non équipé d’une assistance électrique. Rappelons que ces moyens de transport sont en mesure de transporter des enfants ou de lourdes charges. Le vélo avait déjà eu la cote en 2019 depuis le soutien de la région et d’IDF Mobilités. À cette époque, le programme représentait 200 millions d’euros d’investissements, 670 km d’aménagement de pistes cyclables et plus de 5 500 inscriptions, sans oublier la prime d’achat.

Pub

À l’honneur, le vélo électrique

Le programme comporte également une location prochaine, probablement en juin, de 500 vélos à cargo. Depuis septembre 2019, le vélo électrique a également obtenu un succès flagrant. En ce moment-là, une entreprise de location baptisée Véligo Location avait enregistré 5 500 souscripteurs moyennant un abonnement mensuel de 40 euros. L’entreprise a prévu une inscription de 10 000 nouveaux abonnés en 2019. Pour juin prochain, elle présentera un projet de location de 500 vélos cargo à assistance électrique.

Ce programme se heurte cependant à une problématique majeure : comment séparer les pistes cyclables du trafic motorisé. Pour résoudre ce casse-tête, la région consacrera 72 millions d’euros dans le financement des 672 km de pistes cyclables.

Un projet ambitieux en cours d’étude

Les associations du Collectif Vélo Île-de-France souhaitent construire un vaste RER vélo pour rattacher toute la région grâce à des itinéraires sécurisés. La présidente de la région veut commencer ce projet par un audit de l’existant, précédant une étude de faisabilité.

Pub

Cependant, cette déclaration sonne comme une réponse encore trop timide, selon le conseiller de Paris et administrateur d’Île-de-France Jacques Baudrier. Ce dernier estime que le fait de refuser le financement pour ce programme de RER vélo, c’est faire une erreur monumentale en matière d’écologie. Rappelons que ce futur RER demande un financement de 100 millions d’euros par an. Pour atteindre une telle somme, les élus communistes projettent une mobilisation.