Le castor fait son retour dans le Nord de la France

Cela fait déjà 150 ans que le castor a déserté le Nord de la France. Aujourd’hui l’animal fait un timide retour au grand bonheur des naturalistes. Le point sur le retour inattendu de ce rongeur en Hexagone.

Pub

Le castor a quasiment disparu de la France

La fourrure, la chair et sécrétion des glandes anales du castor sont très recherchées. Sous les pressions de la chasse, la population de cet animal en France a fortement diminué, au point même de disparaître de certaines régions. Le Nord–Pas-de-Calais est l’une des régions qu’il a désertées depuis déjà 150 ans.

Face à cette raréfaction, voire disparition dans certaines parties de la France, le statut d’animal protégé lui fut accordé en 1968 sur tout l’Hexagone. Au début du XXe siècle, le castor a aussi bénéficié de mesures d’interdiction de chasse dans la vallée du Rhône. Cette interdiction a été motivée par le fait qu’il n’en restait plus que quelques centaines d’individus sur tout le territoire.

Ces mesures lui ont permis d’augmenter sa population. Il commence aujourd’hui à regagner d’autres départements s’il était depuis sa raréfaction, concentré dans le Sud-Est de la France. Le castor au nombre d’environ 15 000 individus est aujourd’hui présent dans au moins cinquante départements.

Il représente toutefois, encore une étrangeté lorsqu’il il est aperçu dans les régions de l’Ouest et du Nord. En effet, le dernier passage de castor signalé dans cette zone était en 2007. Aucune occupation permanente n’a été observée depuis le début du XIXe siècle.

Le naturaliste qui a découvert la présence de castors dans cette zone était en fait en train d’étudier les populations de grenouilles et d’oiseaux. Des baguettes en forme de crayons, des îlots de réfectoires, ces quelques indices qu’il a observés lors de son étude lui ont permis de suspecter cette occupation.

Il a par la suite confirmé que ce sont bien des castors européens en provenance de la Belgique qui avoisine la région, qui reviennent la peupler. Le naturaliste a également pu observer de visu que le castor est certainement encore seul, mais qu’il semble en cours de marquage de son territoire.

Pub

Si un castor de sexe opposé passe dans les environs, il pourrait le rejoindre pour fonder une famille.

Un rétablissement de l’ancien équilibre de la biodiversité

La disparition d’espèces est un problème régulièrement pointé du doigt. Que le castor revienne repeupler son ancien territoire, constitue une bonne nouvelle pour la biodiversité.

Le castor européen pèse en effet, dans les 20 à 30 kg et mesure dans les 1,10 à 1,40 m. De par son mode de vie, cet animal joue le rôle de régulateur des débits d’eau et de purificateur de ce même cours d’eau. En créant des îlots de réfectoires, de dortoir, le castor contribue aussi à la création de microhabitats pour les animaux aquatiques dont les poissons, les amphibiens et même pour des insectes.

La présence pas loin d’autres individus, conforte encore cette idée. D’autres castors européens ont en effet, été observés encore dans le Nord, mais cette fois-ci dans l’Avesnois. Cédric Beaudoin, chargé d’études faune au Groupement ornithologique et naturaliste du Nord–Pas-de-Calais confirme que le castor observé est lui aussi un individu seul.

La durabilité de l’occupation n’est pas encore garantie, car rien n’a encore été constaté de visu concernant ce point. Toutefois, le fait que d’autres castors ont été observés sur la même zone laisse supposer que cette fois-ci, l’installation n’est plus passagère.

Pub

Les naturalistes sont donc confiants sur le retour des castors européens en France notamment dans le Nord–Pas-de-Calais. Ils espèrent ainsi que ces animaux repeuplent les cours d’eau français et en rétablissent l’équilibre quelque peu dégradé de la biodiversité.