Le déconfinement sous toutes ses formes en France

Après 55 jours de réclusion imposée, les Français peuvent désormais sortir de leur cachette. La menace est toujours constante, car l’épidémie a déjà emporté 26 643 victimes depuis le 1er mars. L’inquiétude laisse aujourd’hui place à l’incertitude et aux questionnements sur la reprise des activités. Découvrez les problématiques, les caractéristiques et les enjeux du déconfinement du 11 mai.

Pub

Les problématiques autour du déconfinement

Faut-il porter un masque ? Les enfants sont-ils obligés de reprendre le chemin de l’école ? Qu’en est-il des transports en commun ? Autant de problématiques que le déconfinement en France suscite.

Crainte d’une éventuelle deuxième vague

Le déconfinement français soulève un risque majeur de deuxième vague d’épidémie de coronavirus. Dans son rapport, le coordinateur de la stratégie du déconfinement, Jean Castex, appelle à un éventuel effet boomerang par les termes : « Un reconfinement en urgence doit être anticipé ». Malgré un faible et encourageant bilan dimanche dernier (avec 70 morts), le nombre de victimes reprend de l’ampleur (avec 263 nouveaux décès en une journée). Des zones classées (Vendée, Nouvelle-Aquitaine) en vert ont enregistré 3 nouveaux foyers. Face à la reprise, le premier ministre français et le ministre de la Santé n’ont pas écarté la possibilité d’un éventuel reconfinement accompagné des mêmes mesures de précaution.

Déconfinement et rentrée scolaire

L’école constitue une obligation. Les parents n’ont nul autre choix que de placer leurs enfants entre les mains bienveillantes des établissements scolaires. Les professeurs n’ont pas caché leur inquiétude face au retour à la vie scolaire. Le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer prévoit un retour à la normale du rythme pédagogique d’ici fin mai. Il met en avant les classes prioritaires, à savoir :

  • les grandes sections ;
  • les CP ;
  • les CM2 ;
  • les élèves en situation de handicap menaçant un décrochage.

Déconfinement, mais interdiction de fréquenter les plages

Jusqu’au 2 juin, les plages demeurent interdites au grand public sur le sol français, sauf exception des avis des départements du littoral et des préfets. Cette décision a suscité de nombreuses interrogations auprès des habitants du littoral. Pourquoi refuser l’accès aux plages inscrites dans les départements en vert ? Pourquoi ne pas autoriser l’ouverture des parcs et des jardins ? Pourquoi remettre en doute le civisme de la population ? Est-il possible de faire preuve de bon sens dans la prise de décision ? s’interrogent-ils.

Les mesures annoncées du Conseil constitutionnel

Le Conseil constitutionnel a ajouté quelques règlementations afin de mener à bien le déconfinement, en l’occurrence :

  • Le prolongement de l’état d’urgence sanitaire (ouvrant les voies à d’inédites mesures gouvernementales) ;
  • L’interdiction du traçage des contacts des malades en isolement ;
  • La limitation des déplacements à 100 km ;
  • L’attestation obligatoire dans les transports en commun (en cours de validation) ;
  • Le port obligatoire de masque ;
  • Le respect de la distanciation sociale ;
  • La limitation des rassemblements en lieu public à 10 personnes.

La mise en ligne de la formule d’attestation téléchargeable a été effectuée le lundi 11 Mai.

Pub

Manifestation du déconfinement

Le déconfinement du 11 mai s’est caractérisé par une reprise généralisée des activités habituelles.

Ouverture des commerces de détail

La moitié des commerces de détail sur les Champs-Élysées ont été ouverts. Néanmoins, la grande avenue de Paris est toujours inaccessible. Franck Riester, le ministre de la Culture, se réjouit de voir la reprise des activités, même si les décisions culturelles ne seront prises qu’après 3 semaines de réflexion (en fin mai ou début juin).

En Ile de France, le déconfinement s’est déroulé sans encombre, se félicite Valérie Pécresse, présidente d’Ile de France Mobilités. Elle remercie le civisme et l’autodiscipline des Franciliens.

Engouement pour le vélo

La levée du confinement a été marquée par un intérêt grandissant des vélos à Paris. En effet, les Parisiens ont fait la queue, en vue de réparer leur moyen de déplacement doux. Cet engouement pour le vélo s’explique notamment par le bon compromis qu’il offre face à la distanciation sociale. Pour encourager cette voie, l’État a instauré une plateforme de restauration de vélo coupdepoucevelo.fr. L’interface a vu le jour grâce à une collaboration entre le gouvernement et la Fédération des usagers de la bicyclette ou FUB.

Connaître le succès du déconfinement

La réussite du déconfinement dépend du civisme de la population et du nombre de nouveaux cas. Aussi, la vigilance est de mise pour éviter une éventuelle deuxième vague.

Encore quelques semaines de patience

La période post-confinement est décisive pour déterminer une reprise de la propagation du coronavirus, selon le chef des urgences de l’hôpital Georges Pompidou à Paris. Une nouvelle transmission massive ne peut se confirmer avant la période d’incubation (de 15 jours). En d’autres termes, il faut patienter au minimum 2 semaines avant de voir la réussite ou l’échec du déconfinement. Il est également impératif d’étudier les capacités hospitalières, notamment le secteur de la réanimation.

Pub

Le secteur sanitaire toujours en difficulté

L’immunité collective relève de l’utopie. Rappelons effectivement que seule 5 à 10 % de la population a été affectée, ce qui laisse peu de chance à cette solution. Le médecin souligne la dangerosité des personnes asymptomatiques. Son inquiétude laisse entendre encore des mois de préoccupations dans le secteur sanitaire. Face à ces dilemmes, le dépistage demeure l’unique solution à même d’identifier les contaminations.