Le gaz naturel dans la transition énergétique en France

L’usage du gaz naturel fait fureur à l’heure où la transition énergétique en France commence à prendre son essor. Il s’agit d’une énergie non renouvelable qui anime les débats des énergéticiens et des ONG environnementales. Seulement, en quoi consiste cette ressource et quelle place occupe-t-elle dans la consommation énergétique ? Voici tout ce qu’il faut retenir du gaz naturel dans la transition écologique en France.

Pub

Le gaz naturel, une ressource polluante

Le gaz naturel consiste en une énergie fossile utilisée pour le chauffage et la production d’électricité. Son usage est sujet à controverse, car certains condamnent son caractère nocif, tandis que d’autres louent ses propriétés. En effet, le gaz naturel émet du CO2 quand il se consume, ce qui fait de lui un acteur du réchauffement climatique. Cependant, il demeure moins polluant que le fioul et le charbon. Selon une étude en septembre 2019 par l’Ademe (Agence de l’environnement et de maitrise de l’énergie) :

  • Une centrale à charbon produit 1060 g de CO2/ kWh
  • Une centrale à fioul émet 730 g de CO2/ kWh
  • Une centrale à gaz naturel génère 418 g de CO2/ kWh

Ces valeurs indiquent que le gaz naturel reste l’énergie non renouvelable la plus propre. De plus, la ressource présente un côté pratique, car elle est en mesure d’approvisionner en électricité de manière continue. C’est pourquoi certains chercheurs pensent que le gaz naturel peut faire office d’énergie de secours et de compléments aux énergies vertes.

Pub

L’usage du gaz naturel sur le sol français

En France, le gaz naturel constitue un acteur moyen de la fabrication d’électricité. Effectivement, Le RTE a publié un rapport en 2016 mentionnant qu’il contribue à 6,6 % à la production de ressource énergétique. L’approvisionnement en électricité est ainsi complété par les ressources nucléaires (qui procurent 72,3 %) et les énergies renouvelables (qui génèrent 19,1 %). Soulignons que le gaz naturel occupe une place prépondérante dans le secteur du chauffage domestique et de la production d’eau chaude sanitaire. D’après un distributeur de gaz français, c’est 11 millions de foyers qui comptent sur cette énergie fossile. Pour remplacer cette ressource, le gouvernement propose aux ménages le biométhane.

La disparition du gaz naturel

Dans une logique de transition énergétique, le gaz naturel est qualifié de polluant et doit donc disparaitre. Cette problématique fait toujours l’objet d’un débat entre les énergéticiens et les ONG. Les partisans de son utilisation brandissent son aspect économique et pratique. Ils souhaitent que cette énergie soit utilisée dans les pays où le charbon et le pétrole demeurent les principales sources d’énergie. Cependant, ces adeptes du gaz naturel ne proposent qu’une utilisation à court terme afin de minimiser l’impact écologique. En France, le débat reste toujours d’actualité. Toutefois, le gouvernement semble en faveur de l’éradication de cette ressource au profit de l’énergie à 100 % verte. Les ONG environnementales pointent du doigt son caractère nocif pour le climat et ne tolèrent aucune émission de CO2 aussi infime soit-elle pour les années à venir.

Pub

Le gaz naturel remplacé par le biométhane

Le biométhane est considéré comme la solution de substitution. Aujourd’hui, cette ressource énergétique ne peut prendre en charge que 0,1 % de la consommation de gaz naturel. Cependant, cette filière encore jeune est en constante progression et présente un bel avenir devant elle. D’ailleurs, les distributeurs sont parvenus à une production de biométhane de 682 GWh en 2017, contre seulement 410 GWh en 2016. Cependant, certains consommateurs éprouvent une certaine inquiétude par rapport au prix du biométhane. Cette appréhension résulte du fait que le gouvernement n’a pas assez investi dans cette filière. Heureusement, les distributeurs rassurent que le biométhane, au même titre que tous les biogaz, sera accessible à toutes les bourses des ménages français.