L’environnement avant la retraite, selon le Mouvement climat

Le débat sur la réforme des retraites fait rage à l’heure actuelle. Néanmoins, les questions d’ordre écologiques ont été mises de côté. Afin de réaffirmer l’importance des problématiques environnementales, le Mouvement climat brandit comme arme son slogan : « sans planète, pas de retraite ». Cette affirmation souligne le fait que l’écologie n’est pas une thématique à part, mais un sujet qui doit être intégré dans tous les secteurs.

Pub

Le combat du Mouvement climat

Le projet de réforme des retraites est aujourd’hui au cœur des débats partout en France. Pour manifester leur mécontentement, les employés ont entamé plusieurs semaines de grèves. Cependant, l’ampleur du mouvement a fini par faire perdre de vue les problématiques environnementales dont le pays et la planète tout entière souffrent. Pour rappeler les citoyens à l’ordre, le Mouvement climat a vu le jour. Il s’agit d’un réseau militant résultant des marches pour le climat et du mouvement Youth for Climate.

En effet, les enjeux climatiques ont été laissés à l’abandon, si bien que les mauvaises habitudes ont refait surface. Les marques de voiture qui ont été condamnées pour leur triche lors des tests d’émission de gaz polluants continuent la promotion de leur projet durable. Malgré l’apparition des mouvements écologiques, en l’occurrence le mouvement Youth for Climate et Greta Thunberg, les impacts des mesures écoresponsables sont encore loin d’atteindre des objectifs de neutralité carbone d’ici 2050.

La réforme des retraites et l’écologie

La réforme des retraites représente une opportunité pour les écocitoyens de montrer leur volonté de poursuivre la transition écologique. Il faut rappeler que cette réforme encourage l’aggravation de la crise écologique. Les employés seront amenés à travailler davantage pour pouvoir cotiser. De plus, la limite des retraites à 14 % du PIB provoquerait une hausse du montant de celui-ci pour permettre le versement des pensions adéquates aux retraités (qui seront en constant accroissement). La retraite par capitalisation encouragerait également les fonds de pension ainsi que les mécanismes de la finance à réaliser des investissements et des actions climaticides.

Pub

Le texte de Désobéissance écolo Paris propose une solution écoresponsable. Il suggère de mettre en place un « temps libre de masse » reposant sur la redistribution de la richesse produite et donc la réduction du temps de travail. Certes, cette proposition permet une nette amélioration d’un point de vue climatique. Cependant, elle ne prend pas en compte les différents moyens à mobiliser pour une telle mesure. Cette approche s’oriente vers la « socialisation des solidarités » et un « contrôle de l’État », ce qui n’est pas envisageable à l’heure où le néolibéralisme est à son paroxysme.

Les conditions environnementales en régression

La régression des conditions environnementales est aujourd’hui expliquée à travers des données abstraites, des taux et des informations trop complexes pour le consommateur. Afin de capter l’attention de la population sur les questions écologiques, il serait plus judicieux de traduire ces données sur le quotidien des individus. En effet, les explications pourraient être plus compréhensibles même si les conclusions risquent d’être terrifiantes. Dans tous les cas, il faut noter que les conséquences dévastatrices du dérèglement climatique se font déjà ressentir au quotidien sur le sol français, notamment dans le sud-ouest :

  • Coups de vent violent
  • Pluies torrentielles
  • Canicule
  • Ouragan

Bien qu’extrêmes, ces phénomènes ne sont rien comparés aux catastrophes à venir si aucun changement n’est amorcé : effondrement économique, enchainement de catastrophes naturelles….

Pub

Pas de retraite sans planète

Selon Mouvement climat, le projet gouvernemental de réforme des retraites porte préjudice à la transition écologique. En effet, le système tend vers le productivisme, la baisse généralisée des pensions et la retraite par capitalisation. Par extension, ces phénomènes sont défavorables à la transition écologique et à l’objectif de neutralité carbone.