L’éoloscope : un outil au service du développement de l’énergie éolienne en France

Le jeudi 30 janvier, les Assises européennes de la transition énergétique se sont tenues à Bordeaux.

Pub

L’évènement a été l’occasion pour France Nature Environnement d’affirmer son engagement environnemental. Elle y a exposé sa nouvelle réalisation : l’éoloscope. L’outil est centré sur le développement de la filière éolienne en France. Voici tout ce qu’il faut retenir concernant cette innovation.

L’éoloscope terrestre, une initiative de France Nature Environnement

Sur le papier, les projets relatifs à l’énergie éolienne séduisent et semblent ambitieux. Cependant, la réalité est tout autre quand les retards s’accumulent. C’est souvent ce genre d’obstacle qui décourage les collectivités et les citoyens à comprendre les enjeux et les avantages environnementaux de cette ressource. L’éoloscope a été imaginé afin de leur prouver l’efficacité d’un parc éolien et de les inciter à participer à son développement. L’instrument est le résultat d’un consensus entre FNE (France Nature Environnement) Boralex (un producteur d’énergies renouvelables) et l’Ademe.

L’énergie éolienne contribue majoritairement à la transition énergétique, selon les partenaires. L’outil a ainsi pour finalité la promotion de la ressource et l’implication des acteurs pour son développement.

Un outil d’échange efficace

Jean-David Abel, vice-président de FNE, explique que l’énergie éolienne se heurte toujours à des incidences sur la biodiversité et sur l’environnement. Afin de préserver son essor, desserrer les contraintes est primordial. Pour y parvenir, l’éoloscope terrestre est présenté comme étant la solution. L’instrument facilite le dialogue entre les associations, les porteurs de projets éoliens, les collectivités et les structures d’aides, précisent les 3 partenaires. Il positionne chaque acteur de manière objective et constructive selon le projet.

Pub

Nicolas Wolf, vice-président et directeur général de Boralex salue l’initiative. Selon ses propos, s’associer à la construction d’un tel outil est indispensable « dans un contexte d’objectifs ambitieux ». Il estime que Boralex est un leader indépendant de l’éolien terrestre et que l’énergie éolienne joue un rôle crucial dans le mix énergétique. Par ailleurs, l’instrument est téléchargeable en ligne sur le site de FNE.

Les fonctionnalités de l’éoloscope

Concrètement, l’éoloscope est un système d’informations, d’aide au positionnement et de dialogue territorial. Il est en mesure de :

  • Fournir des informations approfondies concernant les enjeux liés à l’éolien terrestre
  • Renseigner sur la réglementation régissant l’énergie
  • Évaluer tous les projets relatifs à la ressource
  • Accélérer les échanges entre les acteurs territoriaux
  • Cerner les attentes et les besoins d’un territoire (les élus et ses habitants)
  • Positionner un projet de parc éolien dans son milieu

Valoriser la filière énergie éolienne

La mise en place de l’éoloscope reflète la volonté de l’État de développer l’éolien en France, souligne David Marchal, directeur adjoint à la direction exécutive de l’expertise et des programmes à l’Ademe. Pour Nicola Wolf, l’instrument favorise le dialogue et l’engagement collectif.

Il convient de rappeler que la France dispose du premier gisement technique d’éolien terrestre en Europe. Le site compte 3 régimes de vent : front Atlantique, façade Manche-Mer du Nord et zone méditerranéenne. L’outil s’inscrit ainsi dans le projet de Programmation Pluriannuelle de l’Énergie. Le programme vise une puissance de 24,1 GW en 2023 et de 33,2 GW à 34,7 GW en 2028.

Pub

France Nature Environnement développe une série d’outils durables

FNE est déterminé à combattre le dérèglement climatique. C’est pourquoi l’association incite à la suppression des énergies fossiles au profit des énergies renouvelables à des fins de sobriété énergétique. Afin de faciliter la transition énergétique, elle prône le dialogue entre les associations environnementales et les porteurs de projet. Elle a également élaboré un autre outil : méthascope en 2017. L’instrument se consacre cette fois aux programmes de méthanisation. L’association a également révélé son ambition de mettre prochainement en chantier un éoloscope marin.