Les bâtiments connectés en faveur de la sobriété énergétique

La domotique et les objets connectés sont considérés comme très énergivores. Cependant, ils ont leur part de responsabilité dans la transition énergétique. Leur rôle est de réduire autant que possible les émissions de GES et de faciliter la marche vers la sobriété énergétique. C’est justement la mission que s’est donnée la SBA. Le syndicat représente la filière domotique et souhaite promouvoir sa performance énergétique.

Pub

Développement phénoménal du secteur de la domotique

Dans le cadre de la Transition énergétique, la domotique a trouvé sa place sur le terrain de la sobriété énergétique. Les bâtiments connectés redoublent d’efforts pour élaborer des solutions d’économies d’énergies. En 2017, la Fédération Française de Domotique a constaté que le marché français de la maison connectée a atteint une valeur de 1,6 milliard d’euros. En 2019, l’évolution se poursuit avec une hausse de 10,4 % du chiffre d’affaires du Groupe Legrand, leader dans le secteur, par rapport à l’année précédente. Cette progression constante et significative trouve son origine dans l’accroissement des ventes de 29 %. En effet, les consommateurs éprouvent une réelle attirance vis-à-vis des produits connectés et de la performance énergétique qui est censée en résulter. Applications de gestion de consommation énergétique, thermostats contrôlés, pilotage à distance de chauffage, telles sont entre autres les innovations technologiques du secteur du bâtiment gratifiées d’un essor qui fait la joie des constructeurs.

2,5 millions de tonnes de CO2 économisés grâce aux bâtiments connectés

Le Groupe Legrand pense que ses solutions connectées sont de haute performance énergétique. En effet, en 2019 la firme a enregistré une économie de 2,5 millions de tonnes de CO2. Ce ne sont pas les arguments de ventes qui manquent pour encourager les particuliers à investir dans les maisons intelligentes. Aussi, les constructeurs proposent l’installation d’Ecojoko, un assistant connecté qui contrôle la consommation d’énergie du foyer en temps réel. Son usage garantit, selon les innovateurs, une économie d’énergie à 25 %. Autre argument, les installations sont faciles et rapides. Aucun chantier d’envergure n’est nécessaire pour profiter d’une assistance connectée.

Un bâtiment connecté accessible à toutes les bourses

La Smart Building Alliance ou SBA constitue l’ambassadeur de la filière du bâtiment connecté de France. Il s’agit d’un collectif composé de plusieurs professionnels, à savoir :

Pub
  • Des énergéticiens
  • Des promoteurs immobiliers
  • Des industriels
  • Des banques
  • Des assurances
  • Des collectivités territoriales

L’alliance compte à ce jour plus de 600 membres. Emmanuel François se trouve à la tête de ce regroupement. Il affirme les ambitions du groupe de promouvoir le lien entre le bâtiment connecté et le développement énergétique. D’après lui, les constructions ont pour vocation à être hybrides, multitâches, « servicielles », plurielles, évolutives, sécuritaires et cosy. Malgré ces qualités, le bâtiment doit être en accord avec les capacités financières des particuliers. Le directeur souhaite démontrer que le numérique est en mesure de réduire la consommation d’énergie des bâtiments, des villes et des territoires.

Les standards de construction des constructions intelligentes

La SBA est actuellement en phase de développement du smart building. Dans cette optique, elle a élaboré son certificateur Certivéa pour les bâtiments tertiaires. Elle a également mis en place le label Ready To Services pour définir les exigences d’une construction intelligente. Selon la SBA, les principes d’un smart building comprennent : un standard IP pour le réseau du bâtiment, l’ouverture ainsi que la sécurité des données et l’interopérabilité des systèmes.

Pub

La SBA s’est donné pour mission de structurer le marché de la domotique. Elle souhaite également rassurer les investisseurs ainsi que les consommateurs concernant les politiques de protections de données. Au regard de la polémique qui fait rage sur le compteur Linky, la SBA est parfaitement consciente de l’inquiétude populaire face à la sécurité des informations des clients.