Les côtes françaises: enfer pour les dauphins ?

D’après des données recueillies auprès de l’Observatoire spécialisé Pelagis, plus d’un millier de dauphins ont fini leur existence sur le littoral atlantique entre le mois de janvier et d’avril 2019. C’est une situation particulièrement alarmante. Les pêcheurs sont en cause. Même si de nombreuses dispositions de protection ont été mises en place, il semble que l’échouage de dauphins se répète encore et encore.

Pub

2019 : pic d’échouage de dauphins sur les côtes françaises

2019 a sans doute été l’année record durant laquelle les dauphins se sont échoués sur les côtes de la France. Leur nombre est en effet deux fois plus élevé qu’en 2016. Le littoral atlantique est principalement concerné. Les bateaux de pêcheurs sont spécialement pointés du doigt. Ils sont suspectés de les emprisonner dans leurs filets.

Il est à noter que la plupart des dauphins sont morts noyés. D’après les recherches de certains scientifiques, il a été révélé que la majeure partie des dauphins pris au piège dans les filets coulent avant de mourir.

Au début de l’année 2019, les pêcheurs français et européens entament la pêche aux merlus et aux bars. C’est durant leur session de pêche qu’ils attrapent accidentellement les dauphins dans leurs filets. Ces pêcheurs œuvrent la majorité du temps avec des chaluts marins, lesquels s’avèrent très dangereux pour les cétacés.

Début d’année 2020 : l’échouage se poursuit

L’année 2020 commence visiblement mal pour les dauphins. À Trégunc, deux dauphins ont déjà été découverts morts. Le premier a été immobilisé entre les roches du Sommet de la Jument depuis quelques jours déjà. Le deuxième a été retrouvé le 7 janvier sur la plage de Kerdalé par un coureur. Apparemment, les deux animaux ont une fois de plus été victimes des filets de pêcheurs.

Sur le dauphin aperçu sur le rivage de la plage de Kerdalé, une grande entaille faite à l’aide d’un couteau a été remarquée, à côté de l’aileron de l’animal. Au vu de ces situations désastreuses, les responsables devraient s’activer pour faire cesser ces massacres.

Pub

Interdiction des chaluts marins

Fort heureusement, le passage de certains navires est interdit au sein d’un secteur protégé Natura 2000, sur la côte occidentale de l’île de Ré. L’annulation de la dérogation pour la pêche a également été mise en vigueur dans ce périmètre et les chaluts pélagiques ne peuvent pas y pénétrer.

Ceci est une mesure de précaution prise par rapport au nombre de dauphins morts l’année passée, mais aussi pour éviter la disparition définitive des bars. Plusieurs associations militant pour la protection de l’environnement se sont déjà mobilisées afin de soutenir cette cause.

Cependant, d’autres sortes de bateaux ont encore la possibilité d’y pêcher. Cela pourrait limiter la portée des dispositions prises.

Les défenseurs de dauphins soucieux de la vie des dauphins en 2020

Cette nouvelle année sonne peut être comme un véritable échec, car les politiques publiques dédiées à cette branche ont tendance à toujours prendre de mauvaises décisions. Pour l’heure, deux dispositifs ont été mis en œuvre et prescrits aux pêcheurs, à savoir l’utilisation obligatoire de Pinger qui permet d’éloigner les dauphins et la déclaration de capture de dauphin.

En dépit de cela, les dauphins échoués sur les côtes sont toujours en grand nombre. Pour remédier à ce problème, la coopération « Sea Sheperd » demande notamment que des caméras ou des témoins soient installés dans les bateaux.

Pub

De son côté, le gouvernement est en train de peaufiner son plan d’action. Quant aux ONG, elles souhaitent pouvoir s’exprimer auprès de la nouvelle administration chargée de la gestion de l’activité et du milieu marin. Ce début d’année est la période à risques la plus importante pour les dauphins et elle ne prend fin que vers le printemps. Il est plus que temps de renforcer les précautions.