Les dirigeants d’entreprises s’engagent dans des Objectifs de Développement Durable

Le dernier rapport fourni par PwC (PricewaterhouseCoopers) semble plus encourageant. Selon l’étude du réseau international d’entreprises, 21 % des dirigeants prêtent un intérêt croissant aux ODD à l’échelle mondiale. Les entreprises françaises font preuve d’une plus grande maturité envers les enjeux environnementaux.

Pub

PwC dévoile son dernier bilan

PwC est un cabinet de conseil et d’audit. Il se spécialise dans les activités de diagnostic, d’expertise comptable et de conseils. Le réseau international d’entreprises appartient aux 4 plus grands cabinets d’audit du monde (connu sous le nom des Big Four). Il publie annuellement les résultats du SFG Challenge. Il s’agit d’une étude sur l’engagement du secteur privé par rapport aux Objectifs de Développement Durable ou ODD. L’enquête prend en compte les analyses théoriques et leur intégration opérationnelle. PwC a publié sa troisième enquête. L’étude a été réalisée sur 1 141 entreprises dans 31 pays. La portée est plus conséquente par rapport à  2018 (729 entreprises dans 21 pays).

Les ODD impératifs dans la stratégie d’entreprise

Les ODD prennent de plus en plus de place au sein des stratégies de 25 % des entreprises mondiales. Dans un souci de transparence, 21 % des dirigeants préfèrent dévoiler au grand jour les détails de leur plan écologique. Ce taux montre une nette avancée par rapport à 2018 qui était de 13 %. Les PDG des entreprises estiment que leurs activités doivent répondre aux contraintes environnementales.

Responsable au sein du département Développement Durable de PwC, Emilie Bobin s’autorise un commentaire sur cette prise de conscience. Selon elle, « les enjeux sociétaux sont à l’agenda des dirigeants, depuis le sommet de Davos en janvier ». « L’évolution du rôle majeur de l’entreprise dans l’atteinte de l’Agenda 2030 vers une transition dans un monde plus durable est indispensable », poursuit-elle. 74 % des sociétés les plus engagées appartiennent au secteur financier.

Pub

Mobilisation globale des entreprises

Documents de Référence, Rapports Annuels et Rapports Développement Durable/RSE… ces documents publics mentionnent des objectifs écologiques. Un autre phénomène encourageant fait état de l’introduction des ODD dans les communications officielles des entreprises. 21 % des plus grandes firmes du monde dévoilent cette année leur plan environnement. Ces manifestations publiques témoignent de la prise de conscience globale des acteurs du secteur privé. En effet, les sociétés sortent de leur bulle et semblent plus ouvertes aux reportings et aux départements RSE.

La France, leader incontesté des ODD

La France compte parmi les pays les plus optimistes sur le sujet. Effectivement, 92 % des entreprises françaises se veulent plus transparentes et révèlent publiquement leur ODD. D’après Emilie Bonin, ce phénomène s’explique par un reporting de transparence de près de 20 ans, tournant autour du développement durable des entreprises françaises. L’engouement environnemental résulte d’une ferme volonté étatique d’encourager la mobilisation des acteurs privés. Il rappelle qu’une feuille de route de la France publiée en septembre 2019 a fortement encouragé la communication des actions environnementales des entreprises. Pour les 10 années à venir, l’enjeu sera plus conséquent. Les entreprises seront amenées à dévoiler des résultats concrets et mesurables de leurs actions.

Des efforts à fournir pour la mise en œuvre des ODD

Malgré ces engagements enthousiasmants, la réalité est tout autre. En effet, les objectifs intégrés dans les stratégies restent superficiels. 65 % seulement des sociétés engagées proposent des ODD spécifiques. Parmi ces entreprises, 14 % font référence à une cible distinctive. Pour finir, 1 % seulement déterminent l’efficacité de leurs actions écologiques.

Pub

Ces chiffres soulignent l’aspect encore cosmétique des ODD. Les firmes se contentent d’une déclaration publique sans de réelles actions. Pourtant, il demeure capital de souligner que sans engagement, sans action et sans mesure de performances, la marche vers un développement durable des entreprises reste impossible.