Les écrans publicitaires au sein de l’espace public : anti-écologique

Alors que les municipales approchent à grands pas, les citoyens lancent un appel d’urgence aux candidats afin de les sensibiliser sur la situation par rapport aux écrans publicitaires qui flétrissent les rues de la France. Ils seraient anti-écologiques et tueraient le climat à petit feu.

Pub

Mobilisation des citoyens face à la publicité dans l’espace public, à un mois des municipales

À quelques semaines seulement des élections municipales, plus d’une vingtaine de groupes de citoyens se sont mobilisés aux quatre coins du pays. Ce, afin de couvrir les panneaux publicitaires qui encombrent les rues de leur commune et afin de sensibiliser la France à l’enjeu climatique qu’entraîne cette situation. Cette mobilisation est inscrite dans le contexte de la campagne « Alternatives Territoriales », initiée par le Réseau Action Climat et Alternatiba.

Leur but est de conscientiser les candidats aux prochaines élections municipales pour qu’ils prennent leurs engagements afin de réduire la place consacrée à la publicité au sein de l’espace public.

Il y a quelques jours de cela, des groupes locaux, dont Résistance à l’Agression Publicitaire, ANV-COP21, Greenpeace France, Pacte pour la Transition ou encore Alternatiba, se sont mobilisés dans toute la France en vue de masquer les panneaux publicitaires. Ils voulaient informer les candidats sur le fait que la publicité agit à l’encontre de l’urgence climatique à laquelle le pays fait actuellement face.

Plusieurs grandes villes concernées par la mobilisation

Dans la ville de Besançon, plus d’une trentaine de citoyens ont posé des affiches à la place des publicités. Celles-ci contenaient le message suivant : « Dernier mandat pour le climat, des arbres pas des pubs ».

D’autre part, dans la capitale, les militants ont remplacé 200 affiches de publicité par le message : « La pub tue le climat, exigeons son contrôle ». Dans la localité niçoise, de nombreux panneaux publicitaires accrochés en centre-ville se sont vus recouverts par un message d’alerte : « candidat, candidate, que fais-tu pour le climat ? ». Bref, un grand nombre de groupes se sont ralliés dans différentes villes, tant dans les Ardennes qu’à Orléans.

Pub

Si à ce jour 85 % des citoyens misent sur les élections municipales pour mettre l’écologie au cœur des principales préoccupations de la France, les candidats devront eux aussi agir dans cette voie et adopter des mesures afin de diminuer la publicité en pleine rue.

La publicité, véritable calamité pour le climat

La publicité est effectivement anti-écologique. Elle incite à la consommation de biens. Elle est essentiellement destinée à des annonceurs qui polluent et qui proviennent des branches de l’automobile et de la grande distribution.

De surcroît, la publicité est un secteur particulièrement énergivore. Les écrans publicitaires fonctionnent à l’électricité et dépensent sept fois plus de courant par année que des systèmes traditionnels, sans oublier qu’ils constituent une source incontestable de pollution lumineuse. Elle porte atteinte au sommeil de la population, ainsi qu’à la biodiversité.

Delphine Batho : pour l’interdiction des écrans publicitaires de l’espace public

Delphine Batho, ex-ministre et députée des Deux-Sèvres, a transmis un projet de loi contre les écrans publicitaires, en mettant l’accent sur des obligations sanitaires et écologiques. Dans la pratique, elle désire proscrire les écrans publicitaires dans l’espace public, particulièrement ceux qui diffusent tout au long de la journée des vidéos publicitaires en tout genre.

Pub

Le but est de mettre fin à cette irrationalité qui engendre une surconsommation d’énergie superflue, alors que le changement climatique bat son plein. Cette consommation exerce également un impact sur la santé publique. Dans le cas où la proposition de loi passerait, l’interdiction serait valable sur toutes les voies publiques, les gares, les aéroports et les transports publics. Les écrans installés dans les vitrines seraient aussi concernés.