Les enjeux du développement durable

Depuis les années 1970, l’impact des diverses activités humaines, l’épuisement des ressources et la disparité sociale inquiètent les sociétés, partout dans le monde. On essaie de produire des énergies plus respectueuses de l’environnement, on tente de répartir au plus juste les richesses et de lutter contre la malnutrition et l’exclusion, etc.

Le développement durable vise à relever tous ces défis en trouvant des solutions judicieuses, afin de construire un monde meilleur, plus durable, plus sain et plus juste.

Qu’est-ce que le développement durable ?

Concrètement, on peut définir le développement durable comme étant une façon d’organiser la société de manière à lui permettre de subsister sur le long terme. Pour cela, il est primordial de prendre en considération aussi bien les exigences présentes que celles du futur. On peut citer en particulier la préservation de l’environnement et des ressources naturelles ou l’équité économique et sociale.

L’idée est que les activités humaines ne doivent pas compromettre les ressources naturelles et que les sociétés humaines doivent vivre et subvenir à leurs besoins tout en respectant la planète et bien évidemment les ressources renouvelables.

Officiellement, le développement durable est un concept formalisé en 1987 à l’occasion de la première Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement de l’ONU, dans le Rapport Brundtland.

Quels sont les 3 piliers du développement durable ?

Contrairement au développement économique, le développement durable intègre trois dimensions : économique, environnementale et sociale. Le but est de réussir à concilier ces trois piliers du développement durable de manière à respecter l’environnement via une exploitation rationnelle et modérée de la nature et de ses ressources.

Économie : épargner les ressources

L’explosion démographique ne cesse d’augmenter à un rythme élevé depuis trois siècles. Cela est dû à une augmentation des consommations individuelles, plus particulièrement la consommation énergétique. Cette croissance accélérée de la population et de ses besoins en énergie a un impact direct sur les réserves de ressources énergétiques non renouvelables (gaz naturel, pétrole, charbon, uranium).

Si tout le monde consommait comme nous les Européens, les ressources de 4 à 5 planètes seraient indispensables pour subvenir à nos besoins. À ce rythme de croissance et de surconsommation, nous épuiserons les ressources beaucoup plus vite qu’on ne le croit.

Outre les ressources énergétiques, la biodiversité est également menacée. En effet, la surexploitation des forêts met en danger les espèces animales et végétales, car au fur et à mesure que celles-ci disparaissent, ces espèces anéantissent avec elles une partie de la biodiversité.

Environnement : limiter les problèmes climatiques

La surconsommation engendre des activités humaines beaucoup plus nombreuses et ainsi conduit au non-respect de l’environnement. Et nous savons tous que ces activités, économiques ou industrielles, ont des impacts sur notre environnement : les perturbations climatiques.

Les besoins croissants des consommateurs poussent les fabricants à fabriquer toujours plus de voitures qui sont l’une des sources importantes de rejets de CO2. Le réchauffement climatique dû aux gaz à effet de serre (GES) qui s’accumulent dans l’atmosphère augmente le niveau de la mer, fait fondre les glaciers, entraîne des tempêtes et des pluies plus nombreuses, etc.

La dégradation environnementale affecte également certains cycles naturels, ce qui pourrait menacer les sols à vocation agricole, l’eau douce, la biodiversité et la forêt.

Société : prévenir les conflits

Actuellement, 20 % de la population mondiale consomme 80 % des ressources de la Terre. Cette grande disparité entre les pays développés et ceux en développement est de plus en plus insoutenable. Cette inégalité concerne entre autres l’accès aux ressources telles que l’eau et l’électricité, la pauvreté, le manque d’hygiène, l’accès aux soins et à l’éducation, la malnutrition, et bien d’autres encore. Ces écarts ne cessent de s’agrandir dans les situations des ménages aux quatre coins du monde et deviennent l’une des causes indéniables de l’instabilité mondiale.