Les meutes de loups envahissent la France

Aux États-Unis, dans le parc de Yellowstone en 1995, une trentaine de loups avaient été relâchés. Ces canidés ont ensuite réduit la population de cerfs qui avait ravagé le site et détruit toute la végétation. Cette réduction a permis la repousse des arbres, les retours des oiseaux et des castors. C’est ainsi que les loups ont participé à l’équilibre de la forêt américaine. Cependant, qu’en est-il de la France ? Dans le pays, les loups représentent des prédateurs sanguinaires qui envahissent le territoire.

Pub

Forte hausse de la population de loups

Le dernier bilan hivernal apparu en juin 2019 mentionne une forte hausse de la population de loups en France. Un autre suivi a également été conduit de mai à octobre 2019. Cette enquête a eu pour objectif de répertorier les reproductions et les zones d’installation de chaque meute. À l’inverse, le suivi hivernal comptabilise l’ensemble de la population sur le sol français. En outre, le résultat montre 28 cas de reproductions, selon l’Office français de la Biodiversité ou OFB.

Constitution de 80 meutes

L’OFB fait également état de 5 nouvelles Zones de Présence Permanente ou ZPP des loups. Ces emplacements se concentrent principalement vers le sud-est de la France. 2 de ces zones se trouvent dans la Drôme à La Raye et Roubion-Saou ainsi qu’en Isère, à Vénénon. À ces emplacements s’ajoutent la Savoie et la Haute-Savoie en Aravis ainsi qu’en Dracénie, dans le Var.

Par ailleurs, l’OFB affirme que les ZPP sont au nombre de 97. Ces chiffres alertent sur l’expansion massive des 80 meutes de loups habitant en France. L’office a remarqué la première reproduction hors du massif alpin, dans le massif jurassien. La meute se situait entre le Doubs, le Jura et la Suisse. Il prévoit un développement continu de l’espèce, même si la reproduction pourrait être moins importante comparée à l’année dernière.

530 loups adultes en 2019

En 2019, les loups adultes ont atteint le nombre de 530, alors qu’en 2018, ils étaient de 430. Cet effectif dépasse largement la moyenne de 500. Aussi, se peut-il que la race ne puisse « résister au risque d’extinction ». En effet, le dépassement du seuil sous-entend un éventuel abattage du surplus de loups pour lutter contre ce sureffectif. Il faut rappeler qu’en 2019, plus de 100 loups ont été abattus pour réduire leur effectif.

Pub

Une présence fâcheuse selon les éleveurs

Ces carnivores avaient disparu pendant les années 1930. L’espèce a ensuite réapparu de manière tout à fait naturelle en Italie durant les années 1990. Cependant, leurs habitudes de consommation heurtent frontalement les éleveurs qui voient en eux une menace directe pour leurs activités d’élevage.

En 2018, environ 12 500 animaux ont subi 3 674 attaques. Les ovins ont été les principales cibles des prédateurs. Face à ce phénomène, les éleveurs ont été contraints d’abattre des loups en perpétuelle multiplication. Leur expansion dans les 5 zones risque d’accentuer les mécontentements des éleveurs.

Les espèces de loups présents en France

Le monde recense 3 différentes espèces de loups :

  • Le loup rouge
  • Le loup d’Abyssinie
  • Le loup gris

En France, c’est le loup gris qui déambule à travers les forêts. Il s’agit du plus grand des canidés. Sa répartition géographique à l’échelle mondiale reste la plus vaste. Il est possible de tomber nez à nez avec un loup dans la toundra, dans les plaines, dans les forêts, dans l’hémisphère nord et dans les montagnes. L’animal s’accommode à son environnement et varie ainsi d’une région à une autre.

Pub

Le loup gris est inscrit dans la liste rouge des espèces en voie de disparition. Aussi profite-t-il de la protection de la Directive Habitat-Faune-Flore de 1992. Cependant, la chasse au loup est autorisée, mais sous quelques conditions. L’abattage des loups a commencé en 2000 avec seulement un seuil de 2 par an.