L’Île-de-France s’engage dans la cause animale

L’Île-de-France compte parmi les zones les plus peuplées d’animaux domestiques. C’est également une région où l’abandon et la maltraitance animale sont pratique courante. Sa présidente a octroyé une enveloppe budgétaire conséquente afin de lutter contre ce fléau.

Le droit des animaux

La cause animale est désormais inscrite en politique. En mai 2019, le parti animaliste a généré une surprise totale aux Européennes en arrachant 2,2 % des voix. En janvier dernier, l’IFOP a réalisé un sondage pour la Fondation 30 millions d’Amis. L’enquête s’est largement penchée en faveur des animaux, car 59 % des Français ont déclaré être prêts à voter pour un postulant mobilisé pour la cause animale. L’étude pense que les candidats aux élections municipales ont tout intérêt à inclure et proposer une politique de protection de tous les animaux.

Le bien-être animal désormais réglementé

En Île-de-France, un tiers des ménages est en possession d’un animal de compagnie. Afin d’assurer le bien-être des bêtes, la région a dévoilé un plan d’actions concrètes. Ce programme est le fruit d’une collaboration fructueuse entre la Fondation Brigitte Bardot, la Fondation 30 millions d’Amis, Handi’Chiens et la Spa.

Pour renforcer le projet, Sylvie Rocard, Secrétaire générale de la Fondation Brigitte Bardot et Sophie Deschiens, Déléguée spéciale à l’économie circulaire ont délivré un rapport sur les conditions des animaux de compagnie de la région. Cette étude s’est déroulée à la demande de la présidente de la région, Valérie Pécresse. Le rapport explique les mesures à mettre en place sur la zone francilienne. Le 6 février 2020, le conseil régional a publié une trentaine de propositions. Ces actions tournent autour de 3 axes :

  • Le respect du bien-être animal
  • La place de l’animal pour les personnes en situation fragile
  • La place des animaux de compagnie

Les associations sur la défensive

Afin de favoriser le bien-être animal, les décideurs ont proposé une série de mesures :

  • Soutenir les initiatives de prise en charge des animaux
  • Construire une maison des chats pour faciliter l’adoption et secourir les félins errants
  • Effectuer un audit auprès des animaleries franciliennes
  • Construire des espaces verts réservés aux animaux
  • Financer les refuges…

Les associations de protection animale ont loué ces mobilisations. Cependant, elles font preuve de prudence en pensant que certaines mesures demeurent vagues. La Fondation 30 millions d’amis observe un manque de cahier des charges et promet un contrôle minutieux de leur concrétisation. Elle invite la région Île-de-France à ouvrir le dialogue.

Mise en place d’un permis d’adoption

Valérie Pécresse a déclaré sa volonté de valoriser la place des animaux de compagnie. Elle a avancé l’idée d’un permis d’adopter dans la région Île-de-France, à l’image de l’Allemagne et de la Belgique. Cette initiative s’inscrit dans la lutte contre les abandons et les formes de maltraitances des animaux de compagnie. L’idée consiste à octroyer un permis sans condition et sans frais pour tous les Franciliens. Évidemment, l’autorisation sera retirée en cas de maltraitance animale.

Christophe marie, porte-parole de la Fondation Bardot parle d’un « signal fort ». Il salue cette décision de la présidente de l’Île-de-France. Cependant, le porte-parole souligne que le permis d’adopter pourrait se transformer en un facteur d’abandon des animaux.

Un budget de 300 000 euros

La présidente francilienne prévoit un soutien de toutes les initiatives de prise en charge des animaux de compagnies destinés aux personnes hospitalisées et fragilisées. Elle a déclaré son souhait d’investir dans la construction de la maison des chats à Paris. Entièrement engagée, la région signera un partenariat avec la Spa, la Fondation Bardot et la Fondation 30 millions d’amis. Afin de prouver sa bonne foi, la présidente a révélé le versement de 300 000 euros.