L’interdiction du dioxyde de titane dans les produits alimentaires enfin effective

Décrié par de nombreux consommateurs, le dioxyde de titane retrouvé dans de nombreux produits alimentaires présenterait des risques sanitaires. L’utilisation de cet additif alimentaire se présentant sous la forme de la substance E 171 est depuis peu interdite. Le point sur cette interdiction.

Pub

Le cadre de la prise de cette décision

Après de nombreuses concertations, l’interdiction de l’utilisation du dioxyde de titane, a enfin été décidée à la suite des résultats de l’étude faite par l’agence de sécurité sanitaire des aliments ou Anses concernant cet additif alimentaire.

Au début, le ministre de l’Économie et des Finances a été la proie des foudres des associations pour la protection des consommateurs pour sa décision de ne pas se ranger de leur côté dans l’immédiat. Il a en effet, exigé que des analyses réalisées par des entités différentes et indépendantes soient effectuées concernant la dangerosité de cet additif controversé.

Les résultats transmis par l’Anses n’ont pas réussi à blanchir le dioxyde de titane concernant son innocuité. Cela a poussé Bruno Le Maire à trancher en faveur des associations protectrices des consommateurs en décidant de son interdiction dans tous les produits alimentaires.

E 171, l’additif présent dans la plupart des produits alimentaires

Ce minéral constitué de molécules d’oxygène et de titane, est extrait des gisements australiens et d’Afrique du Sud. Une fois traité, il se présente sous la forme de poudre blanche constituée de nanoparticules et d’autres particules de tailles variées.

Utilisé en tant que colorant pour leur donner plus d’éclat, il est retrouvé dans de nombreux produits alimentaires de la vie quotidienne. Le dioxyde de titane peut également être trouvé dans des produits d’hygiène, des peintures, des produits cosmétiques, dans des médicaments, etc.

Sa présence dans un produit donné est signalée par la référence E 171, Tio 2 ou CI 77891.

Les reproches faits au dioxyde de titane

L’inquiétude des associations protectrices des droits des consommateurs concernant le dioxyde de titane, découle de nombreuses constatations. Il semble en effet que cette nanoparticule puisse franchir les barrières physiologiques pour un passage facile inter-organe.

Pub

Il peut même passer dans le sang. C’est d’ailleurs ce qu’a déclaré l’Inra ou Institut national de la recherche agronomique en 2017 suite à leurs expériences sur des rats de laboratoire. Il a observé dans certains organes tels que le foie et aussi dans le sang.

Ces rats ayant reçu une certaine dose de dioxyde de titane sur cent jours ont développé par la suite des lésions pré-cancéreuses sur leur côlon. Les observations ont amené les chercheurs à évoquer la possibilité d’un rôle initiateur et promoteur de ces affections colorectales. Cependant, les études ayant été faites sur des rats, l’Inra déclare ne pas encore pouvoir les extrapoler sur l’Homme.

Interpellé concernant ces résultats, l’Anses a aussi avoué avoir eu connaissance de quelques effets non désirables de l’E 171 qui ont récemment été identifiés. Son étude récemment publiée concernant les risques sanitaires posés par les nanoparticules présentes dans les produits alimentaires, a de ce fait, été étendue au dioxyde de titane.

Il est à rappeler que le Centre International de Rechercher sur le Cancer ou CIRC a classé ce minéral parmi les substances potentiellement cancérogènes chez l’Homme. Cet effet est notamment observé lors de son absorption par inhalation.

Quant à l’Agence nationale de sécurité du médicament ou ANSM, elle a préféré jouer la prudence en déconseillant l’application des produits cosmétiques ou médicamenteux en contenant sur une peau lésée.

Comment éviter d’en absorber ?

De nombreux industriels ont d’ores et déjà annoncé retirer cet additif de leurs produits. Pour vous assurer que ce que vous allez acheter ou ingérer n’en contient pas, il vous suffit de vous référer à la liste de ses ingrédients.

Pub

Recherchez la mention E 171, Tio 2 ou CI 77891. Si vous ne l’y trouvez pas, alors votre article n’en contient pas.