Macron : médiocre en matière de climat, d’après les ONG

Selon les ONG écologistes qui ont procédé à la présentation de leur étude de la politique climatique du Président de la République, celle-ci serait encore très loin du compte. Emmanuel Macron semble ne pas maîtriser la problématique climatique. Les détails.

Pub

Un bilan désastreux de l’action climatique gouvernementale

Les ONG en faveur du mouvement social et climatique n’ont pas confiance en la transition climatique avancée par Emmanuel Macron. Quelques jours plus tôt, avant que le Président ne fasse son audition, ces organisations ont dévoilé leur rapport, plutôt catastrophique, de l’action climatique du gouvernement.

Celui-ci a révélé que les budgets carbone de l’Hexagone n’ont pas été respectés depuis 2015. En 2018, le dépassement a été de 4,8 %, notamment dans les branches du bâtiment et du transport. Eu égard à ces résultats médiocres, au lieu de prendre rapidement des dispositions, le gouvernement a choisi de réduire les objectifs de la diminution de consommation d’énergie et de budget carbone en 2023, dans le cadre de la stratégie nationale bas carbone.

Concernant le transport, certains progrès ont été réalisés grâce à loi d’orientation des mobilités qui met en avant le plan vélo et les localisations à basses émissions. En dépit de tout cela, les émissions des voitures neuves ont connu une hausse depuis 2016 jusqu’en 2018, de même que la part des charges routières liées à la dépense de kérosène et au transport de marchandises.

D’autre part, le programme de rénovation énergétique des habitations présente un important retard, car le domaine du bâtiment a surpassé de 14,5 % son objectif de baisse des émissions en 2018. Malgré les engagements pris par le Président par rapport aux campagnes, les propriétaires ont toujours la possibilité d’accéder à la location de passoire énergétique.

Pub

Et ce n’est pas tout, car le pays affiche aussi un retard considérable, quant au développement des énergies renouvelables. Le gouvernement préfère en effet maintenir le parc nucléaire, qui est pourtant en fin de vie. Il en est de même pour les projets d’infrastructures qui accaparent les sols agricoles. Certes, le gouvernement a décidé d’annuler le projet de méga centre commercial Europacity et le projet d’aéroport Notre-Dame-des-Landes. Néanmoins, il approuve les nombreux projets d’élargissement des aéroports et de déviation des routes. Et ce, au détriment de l’objectif « zéro artificialisation nette » que stipule le plan biodiversité.

Un gouvernement contradictoire dans ses actes et ses propos

D’après la directrice du WWF, Véronique Andrieux, la situation relative à l’huile de palme est un excellent exemple de la différence entre les actes et les propos d’Emmanuel Macron. Cela fait plusieurs mois que les forêts sont ravagées par le feu dans certains pays du globe, comme en Amazonie ou en Australie.

Le gouvernement français a prôné une législation européenne contre la déforestation importée, et a aussi élaboré une stratégie nationale pour combattre la déforestation importée. Cependant, parallèlement à ces actions, il maintient l’avantage fiscal octroyé à l’huile de palme. Et ce, même si l’Assemblée a refusé cet avantage en 2018 et en 2019.

Le 19 décembre 2019, en effet, il a été signalé que certains produits à base d’huile de palme, en l’occurrence les « Palm Fatt Acid Distillate », ont été exonérés de l’annulation de l’avantage fiscal. Cela va à l’encontre des assertions du gouvernement, du règlement européen et de la lutte contre la déforestation importée. Le chef du gouvernement semble ne pas savoir ce qu’il fait.

Pub

Les ONG dénoncent donc l’attitude du gouvernement, qui se cache en outre derrière la Convention citoyenne pour le climat pour reporter les principales mesures qui devraient être prises concernant la biodiversité et le climat. Force est de constater qu’Emmanuel Macron n’est décidément pas en mesure de conduire son pays vers une meilleure situation, compte tenu de la crise climatique.