Pourquoi l’utilisation de pesticides en France a-t-elle autant augmenté ?

L’usage de pesticides en France s’est accru de 8 % en 2018, atteignant 68 000 tonnes. L’Union des Industries de la Protection des plantes est cependant soulagée, car cette forte hausse pourrait être tempérée par les interdictions qui seront très bientôt mises en vigueur. Mais pourquoi cette augmentation considérable dans l’hexagone ? Voici quelques éléments de réponses.

Pub

Quels sont les pesticides les plus usités au sein de l’hexagone ?

En France, 68 000 tonnes de pesticides ont été consommées en 2018. Comparée à l’année 2017, cette quantité a augmenté de 8 %, précise l’Union des Industries de la Protection des Plantes ou UIPP, qui a dévoilé ces données.

Dans le pays, les herbicides constituent 47 % des produits les plus utilisés, tandis que les fongicides représentent 37 % et les insecticides 9 %. Ces chiffres incluent non seulement les pesticides de synthèse, mais également les produits employés dans l’agriculture biologique, à l’instar du cuivre ou du soufre. La fédération des industriels souligne que ces chiffres ne changent guère tous les ans.

Quelles sont les raisons de cette croissance fulgurante ?

D’après un communiqué émis par la fédération des industriels, cet accroissement est relatif à la conjoncture économique. En effet, les agriculteurs ont anticipé leurs achats, craignant le renchérissement de la redevance pour pollution diffuse ou RPD, qui a pris effet le 1er janvier 2019.

En réalité, depuis le début de l’année 2019, la base de cette taxe a été étendue, dans l’objectif de réduire l’utilisation des pesticides. Elle est désormais comprise entre 0,90 et 9 euros le kilo si auparavant la taxation était de 0,90 à 5,10 euros le kilo.

La fédération des industriels note que plusieurs agriculteurs auraient de ce fait effectué leurs achats à l’avance afin d’éviter d’être soumis aux nouvelles règles en vigueur. De son côté, l’Union des Industries de la Protection des Plantes indique que cette situation a déjà été constatée les fois où la RPD a été revue à la hausse, en 2008 et en 2015.

Pub

Sur le long terme, quelle est la progression de l’emploi des pesticides ?

En 2018, les chiffres obtenus ne rendent pas compte de la tendance réelle de ces dernières années. Et pour cause, depuis 1999, l’emploi de pesticides a baissé de plus de 40 %. De 120 000 tonnes, il est passé à 68 000 tonnes.

D’autre part, l’Union des Industries de la Protection des Plantes remarque aussi une explosion des produits de « biocontrôle ». En moins d’une décennie, la part était de 13,4 % en 2010 pour atteindre 23,7 % en 2017.

Le baromètre dévoilé le 25 juillet 2019 par l’Association française des entreprises des produits de biocontrôle montre que le chiffre d’affaires recueilli par cette branche s’élevait à 170 millions d’euros en 2018. Cela équivaut à une hausse de 24 %, comparé à l’année précédente.

Le marché se tourne petit à petit vers un usage accru des produits phytopharmaceutiques de biocontrôle. Comme l’affirme le président de l’Union des Industries de la Protection des Plantes, Bruno Baranne, une tendance de fond s’est dégagée durant les 10 dernières années.

Comment réagit le gouvernement face à cette situation ?

Un avis officiel a été publié de manière collective par les ministères de la Transition écologique et solidaire, de la Santé, de la Recherche et de l’Innovation, de l’Agriculture et de l’Alimentation et de l’Enseignement supérieur. Celui-ci indique que le gouvernement est parfaitement conscient de la hausse de l’utilisation des produits phytosanitaires. Il met en avant sa volonté d’afficher plus de transparence sur le sujet.

Pub

En même temps, le gouvernement s’engage à supprimer complètement le glyphosate dès la fin de cette année 2020. Dans le communiqué, il est stipulé que l’ANSES retirera les autorisations de mise sur le marché de produits renfermant du glyphosate.