Projet de co-construction et de développement du tourisme durable dans le Maine-et-Loire

La 3ème édition des Assises du tourisme en Anjou (actuel Maine-et-Loire) a été organisée le 18 décembre au Centre d’affaires de Terra Botanica, à Angers. L’évènement a été marqué par une initiative collective centrée sur la construction et le développement de l’écotourisme. Ce projet s’appuie sur plusieurs initiatives locales rassemblées par les responsables d’Anjou. Le programme durable vise à promouvoir la diversité et la verdure dans cette région chargée d’histoire et d’une riche culture.

Pub

Après l’œnotourisme vient le tourisme durable

Lors des Assises en 2018, le thème avait porté sur l’œnotourisme. Aujourd’hui, l’accent est mis sur l’importance de l’aspect écologique. C’est pourquoi, Anjou tourisme a suggéré aux professionnels qui ont assistés aux Assises d’élaborer un projet centré sur l’écotourisme. Les 300 participants ont discuté de l’intérêt d’un tel programme qui porte à la fois sur l’économie et l’environnement.

Au cours de l’évènement, le président d’Anjou Tourisme Philippe Chalopin a souligné que l’organisme souhaite développer un tourisme durable, qui prendrait en compte les enjeux économiques, écologiques et sociétaux. De plus, Anjou Tourisme a proposé l’installation d’indicateurs permettant le développement du tourisme durable sur le territoire.

Pub

Anjou, une destination favorable à l’écotourisme

Cette initiative résulte du fait que la région réunit toutes les conditions d’une destination de prédilection. En effet, l’ancienne province regorge de zones naturelles uniques comme : le Parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine, les basses vallées angevines (catégorisées Natura 2000), le Val de Loire (qui se trouve dans la liste du patrimoine mondial de l’Unesco). Il existe également 89 sites classés Espaces Naturels Sensibles répartis sur 72 300 ha.

La région est de plus dotée d’un patrimoine végétal composé de nombreux parcs et jardins. Ils sont répartis sur les sites touristiques, comme le Parc Oriental de Maulévrier, Terra Botanica et Camifolia ou encore Végépolys Valley, un vaste terrain horticole qui contribue à la verdure de l’Anjou. Anjou Tourisme assure ainsi que l’ancienne province fait un excellent site vert qui attirera les touristes du monde. Au cours des Assises, les participants ont mis au point certains détails concernant le projet : l’usage des moyens de déplacement doux pour les visites (pieds, vélo…), la multiplication des circuits courts, la promotion des produits du terroir.

Pub

Plusieurs idées locales pour développer le tourisme durable

Au cours des Assises, les 300 acteurs ont découvert l’ensemble des idées derrière ce projet d’écotourisme. En effet, chaque localité a élaboré une stratégie efficace pour favoriser ce programme écoresponsable. Dans l’ensemble, l’Office de tourisme de l’Anjou Bleu souhaite promouvoir les produits locaux, encourager la consommation des produits locaux pour les habitants et mettre en place un label identitaire « 100 % Anjou Bleu ».

  • Le Châtea de l’Epinay veut s’engager pour le compte de la charte officielle « territoire zéro déchet, zéro gaspillage » proposée par le SMITOM Sud Saumurois.
  • La marque Famille Mary recherche un développement durable et le respect de l’environnement. Cette entreprise familiale du secteur apicole indépendante souhaite développer les pratiques commerciales, car elle dispose d’un réseau de fournisseurs et d’apiculteurs. Elle propose donc un partenariat actif avec des centres d’aide au profit de l’emploi des personnes handicapées. Respectueuse de l’environnement, la société mise sur des méthodes durables en matière d’emballage, de gestion de déchets…
  • Le Bioparc de Doué demeure le premier refuge LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux) situé dans un parc zoologique en France. Ce site accueille des dizaines d’espèces locales qui sont aujourd’hui menacées d’extinction. L’établissement construit des habitats propices au développement de ces animaux.
  • L’ESTHUA propose une formation spécialisée dans le tourisme durable au profit des étudiants. Ce cursus représente une grande opportunité pour développer ce secteur économique régional. C’est également une aubaine pour les entreprises touristiques d’Anjou qui souhaitent recruter de nouveaux employés qualifiés.