Réseau 5G de la téléphonie mobile : catastrophe écologique ?

Dans très peu de temps, les téléphones mobiles bénéficieront du réseau 5G. Malheureusement, un certain nombre de considérations indiquent que cela pourrait constituer une incontestable catastrophe écologique. En France, les enchères pour les fréquences commenceront d’ici quelques mois, alors qu’en Corée du Sud et en Chine, la 5G est déjà en service.

Pub

Pour les opérateurs, l’objectif est de fournir des services de meilleure qualité. De leur côté, de nombreux spécialistes estiment que cette innovation peut mener à un risque de surconsommation numérique, dont les répercussions seraient plus que dévastatrices pour le monde entier.

Un réseau qui promet bien des améliorations

Selon certaines informations, la consommation d’énergie de la 5G serait trois fois plus importante que celle d’un dispositif 4G. De plus, elle exigerait trois fois plus de sites que le 4G pour offrir une couverture similaire. Si la 5G représente un univers hyper connecté, elle se voudra plus réactive, plus interactive et avec une vitesse décuplée.

Orange indique sur son site que grâce à la 5G, de nouveaux services seront proposés. Elle promet en outre d’assurer un accompagnement progressif afin d’aider les utilisateurs à suivre l’évolution de l’emploi de la toile. Orange précise que la vitesse de téléchargement sera divisée par cinq pour une vidéo en HD. L’opérateur compte proposer plus de 200 photos ainsi qu’un album MP3 à titre de démonstration.

Une augmentation de 2 % de la dépense en électricité

D’après les experts, la mise en marche seulement de la 5G nécessiterait une augmentation égale à 2 % de la dépense d’électricité dans le pays. D’ici cinq ans, la consommation énergétique des opérateurs serait multipliée par 2,5 ou 3. Cela équivaut à près de 10 térawattheures d’électricité en plus, souligne Hugues Ferreboeuf, le directeur du projet « Sobriété » dans le cadre du Shift Project. Ces renseignements sont confirmés par les opérateurs chinois, qui ont déjà ouvert 80 000 sites 5G en une année.

Cette donnée n’inclut pas encore la dépense énergétique relative aux usages, qui serait revue à la hausse, et encore moins celle qui serait indispensable pour la conception des terminaux, des éléments réseau, sans oublier les innombrables objets connectés.

Pub

Hugues Ferreboeuf rajoute que la fabrication du matériel correspond à plus de deux fois l’énergie utile au fonctionnement des réseaux, sans compter les « data centers ». Plus grave, la 5G ne sera plus compatible avec les téléphones mobiles du moment. Ainsi, selon Frédéric Bordage, spécialiste du numérique responsable, plusieurs milliards de smartphones aujourd’hui encore en marche deviendraient obsolètes.

La 5G permettra principalement de jouer en ligne

Les opérateurs mobiles expliquent que la 5G promet une meilleure efficacité énergétique, avec une éventuelle baisse de 50 % de l’énergie dépensée, comparée à la 4G, de même que des avantages environnementaux en rapport avec les usages.

Orange affirme ainsi que la 5G augmentera le nombre de capteurs pour un monitorage globalisé de la température, du bruit, de l’humidité ou encore de la pollution. Il serait alors plus facile de gérer le trafic, la ville…

Certes, mais pour les simples utilisateurs, la 5G permettra essentiellement de jouer en ligne, et de visionner du streaming dans les trains à grande vitesse. Les experts se demandent s’il est réellement raisonnable de favoriser la dépense en métaux critiques pour ces relatives « futilités », alors que la transition énergétique n’est qu’à son début.

Une assemblée dédiée à la 5G en juin

Afin de discuter des enjeux sociétaux engendrés par la 5G, une conférence serait tenue au mois de juin. Sur le problème environnemental, deux théories s’opposeront lors du débat. L’une va dans le sens où la surenchère des usages impliquera une dépense énergétique accrue, et l’autre soutient que la 5G est plus opérante, ne serait-ce que pour sa structure.

Pub

Dans tous les cas, pour un projet d’infrastructure de grande envergure de ce type, il serait peut-être plus sage d’entreprendre une étude d’impact environnemental, précise Hugues Ferreboeuf. Toute porte à croire, hélas, que la 5G provoquera un véritable désastre écologique.