Rétromobile 2020 : une grande première pour la Moke électrique

Le salon Rétromobile 2020 a eu lieu entre le 5 et le 9 février à Paris, une occasion pour les amateurs de voitures rétros de découvrir plusieurs centaines de véhicules de toutes les époques et des toutes les nationalités. C’est aussi opportunité pour les constructeurs français Nosmoke de présenter sa dernière invention : la Moke électrique.

Pub

La Mini Moke a fait du chemin

La Mini Moke avait été imaginée et conçue par Sir Alec Issigonis afin de répondre aux besoins de l’armée britannique. Celle-ci voulait un engin puissant, mais assez petit pour qu’il puisse être parachuté. Peu de temps après, la Moke est devenue populaire et très prisée en tant que voiture de plage, un peu comme le Citroën Méhari ou un dune buggy.

Grâce à ses petites roues et ses suspensions très fermes, la Moke est particulièrement agréable à conduire et roule parfaitement sur l’asphalte. Ce qui en fait une voiture de prédilection des touristes.

Pendant ses 30 ans de production, près de 50 000 exemplaires ont été vendus. Ce qui est assez mince pour espérer une réédition, mais il suffit qu’un groupe motopropulseur électrique bénéficie d’un capital de sympathie pour poursuivre l’œuvre, ce qui est le cas pour Nosmoke.

Tout a commencé en 2012

Luc Jaguelin, le créateur de la Nosmoke, rappelle que la firme produit des Nosmoke depuis 2012. Il souhaitait proposer un véhicule phare d’antan, fiable, sexy, pratique et animé par une motorisation électrique, mais les premiers exemplaires construits en Chine ne furent pas probants. Il a utilisé les expressions « tentative vite avortée » et « une véritable catastrophe technique », sans entrer dans le détail d’une histoire pleine de rebondissements.

Pub

Il a ensuite ajouté : « Les Nosmoke “Made in France” sont arrivées en 2015. L’année précédente, nous avons internalisé 100 % de la production de la voiture dans notre usine des Deux-Sèvres. Nous avons ainsi voulu nous assurer que chaque exemplaire livré reçoive tout l’amour du “bien faire” à la française ».

Le châssis plus solide que jamais

Comme les Nosmoke sont généralement destinés à explorer les sites touristiques, les constructeurs ont essayé de concevoir un châssis robuste depuis 2015 pour que celui-ci puisse supporter l’usage parfois agressif des clients. Pari réussi, le châssis est actuellement quasi indestructible.

Luc Jaguelin lui-même est fier de cette innovation et précise : « Après de longues années de mise au point, de développement industriel, de réglages ; après des milliers de kilomètres d’essais dans toutes les conditions possibles ». Il en est même si sûr qu’il la qualifie de meilleure configuration au monde. « La Nosmoke est la plus aboutie de toutes les voitures électriques de bord de mer », ajoute-t-il. Il la qualifie de « très solide et très fiable ».

Nouvel outil de production

La Moke électrique est fabriquée à Cerizay où l’entreprise Nosmoke a aménagé de nouveaux locaux de 4 000 m² et exploite de nouveaux équipements et outils modernes. L’engin est produit à partir de plaques d’acier européen zinguées double face pour résister à l’air salin des bords de mer où elle sera très souvent en exploitation. C’est pour cette raison aussi qu’ils ont utilisé de l’inox pour la visserie.

Pub

Parmi les 250 exemplaires vendus, 75 % d’entre eux sont à l’export, notamment au Moyen-Orient, en Colombie, aux États-Unis, en Nouvelle-Calédonie, aux Philippines ou encore au Costa Rica. Avec une vitesse maximale de 90 km/h et un moteur électrique d’une puissance de 10 kW, la Nosmoke existe en 2 chimies de batterie 96 V 120 Ah : Plomb ou lithium. Vous pouvez l’acheter à partir de 17 990 euros TTC batteries incluses. Elle se recharge sur une prise domestique 16 A en 7 heures, mais la version lithium peut retrouver 80 % de capacité en 2 heures.