Tout savoir sur l’hydrogène

Souvent présenté comme l’énergie du futur, l’hydrogène est exploitable pour divers usages. D’après l’IFP Énergie Nouvelle (IFPEN), un kilo d’hydrogène contient autant d’énergie que 2,8 kilos d’essence. Il constitue également une excellente solution de stockage de l’électricité. Découvrez avec le Média Vert tout ce dont on a besoin de connaître sur ce procédé.

Qu’est-ce que l’hydrogène ?

L’hydrogène est l’élément chimique le plus léger et le plus abondant dans l’univers. Il se présente comme un gaz transparent entrant dans la composition de l’eau. Sur son site, l’IFPEN explique que : « Chaque molécule d’eau est le fruit de la combinaison entre 1 atome d’oxygène et 2 atomes d’hydrogène dans les hydrocarbures (pétrole et gaz) qui sont issus de la combinaison d’atomes de carbone et d’hydrogène ».

Les modes de production de l’hydrogène

L’hydrogène n’existe pas à l’état pur. Pour le produire, il faut utiliser des procédés d’extraction chimiques consistant à séparer l’hydrogène des éléments auxquels il est associé. Pour cela, il faut une source d’hydrogène et une source d’énergie. Ainsi, l’hydrogène peut se fabriquer par « vaporeformage de gaz naturel, électrolyse de l’eau, gazéification et pyrolyse de la biomasse, décomposition thermochimique ou photochimique de l’eau, production biologique à partir d’algues ou des bactéries », d’après l’Ademe.

Les avantages de l’hydrogène

Le principal avantage de cette technologie est que sa consommation n’émet pas de gaz à effet de serre. Il s’agit aussi d’une réelle solution pour remplacer les énergies fossiles ; notamment pour le transport. Son autre avantage réside également dans la simplicité du stockage d’énergie. En effet, selon Erwin Penfornis ; « on peut stocker les surplus d’énergies renouvelables pour pouvoir les réutiliser plus tard, ce qui n’est pas possible pour l’électricité. C’est un enjeu énorme qui permettra d’intégrer plus de matière renouvelable dans la consommation énergétique ».

Autre atout selon le spécialiste, « Avec l’hydrogène, il y a plus d’autonomie et c’est plus rapide à recharger. Il faut compter un temps de recharge d’environ 3 minutes dans une station de remplissage ».

L’utilisation de l’hydrogène aujourd’hui

L’utilisation de l’hydrogène est très large, mais actuellement, cette technologie a deux applications principales :

  • C’est la matière de base (plus de 80 %) pour produire l’ammoniac, indispensable à l’industrie des engrais, et le méthanol.
  • L’hydrogène est également utilisé de façon régulière pour le raffinage des carburants ; biocarburants et produits pétroliers.

« L’hydrogène a la capacité d’alimenter tous les usagers énergétiques comme le transport ou le chauffage », explique Erwin Penfornis. Mais c’est surtout dans le transport que son utilisation est la plus courante. Grâce à une pile à combustible, l’hydrogène stocké dans des réservoirs est transformé en électricité. On trouve par exemple à Paris des taxis qui roulent à l’hydrogène.

Il est aussi utilisé comme vecteur d’énergie (1 %) dans le domaine spatial, pour la propulsion de fusées et de satellites.

Pour le moment, la consommation mondiale d’hydrogène est environ de 56 millions tonnes, soit 2 % de la consommation mondiale d’énergie, ce qui s’avère encore faible. Néanmoins, d’après une étude réalisée par le Hydrogen Council avec McKinsey, ce procédé pourrait représenter près d’un cinquième de l’énergie totale consommée dans les années 2050.

Toujours selon l’Hydrogen Council, « Cela permettrait de contribuer à hauteur de 20 % à la diminution requise pour limiter le réchauffement climatique à 2 °C ». Il considère que cette technologie pourrait alimenter 10 à 15 millions de voitures et 500 000 camions d’ici à 2030. À cet horizon, l’hydrogène constitue un réel potentiel économique, car il pourrait produire un chiffre d’affaires de 2 500 milliards de dollars et créer plus de 30 millions d’emplois.