Un début d’hiver très perturbé en France selon l’ingénieur prévisionniste Emmanuel Demaël

La population a remarqué une alternance des tempêtes et des coups de vent qui ont balayé la France entre novembre et décembre. La dernière tempête baptisée Fabien s’est produite le week-end du 21 et 22 décembre 2019. Ces phénomènes inhabituels ont inquiété bon nombre de personnes au sein de la population. Heureusement, Météo-France prévoit une pause prolongée des tempêtes et des coups de vent violent à partir de Noël. Cependant, cette prévision est-elle fiable ? Voici le point avec l’ingénieur prévisionniste Emmanuel Demaël.

Pub

Un nombre de tempête élevé

Dans la nuit du samedi 21 au dimanche 22, la tempête Fabien a secoué le sud de la France. Depuis la saison, elle constitue la 6ème tempête accompagnée de coups de vent violent dans le pays. À ces phénomènes météorologiques s’ajoutent de fortes précipitations d’une rare violence qui ont secoué les habitants. Toutes ces tempêtes constituent une variation, selon l’ingénieur prévisionniste Emmanuel Demaël. Selon lui, il existe certaines périodes où les phénomènes météorologiques se multiplient et deviennent de plus en plus violents. Cette grande variabilité est le résultat du « rail Atlantique des perturbations » et du « jet-stream ».

Le rail Atlantique provoque une formation de systèmes perturbés dans un côté du bassin nord-atlantique. Les dépressions se déplacement ensuite vers le nord, dans les îles britanniques, en Scandinavie ou en Norvège. La France est soumise à quelques perturbations, mais elle n’est pas le centre dépressionnaire. Quant au jet-stream, il s’agit d’un tube de vent fort en altitude. C’est la combinaison de ces 2 phénomènes qui expliquent ces conditions météorologiques inhabituelles.

Pub

De nombreux coups de vent

Ces coups de vent violent ont commencé le 3 novembre 2019, avec la tempête Amélie qui avait frappé la France. Puis est arrivée Cécilia entre le 22 et le 23 novembre. Un autre coup de vent entre les 12 et 13 décembre s’est encore manifesté, mais n’a pas été nommé. Entre le 16 et le 17 décembre, c’était au tour des tempêtes Daniel et Elsa. Elles ont frappé notamment le secteur sud. Ces séries de vents se sont achevées avec la tempête Fabien. Malgré son intensité, cette dernière tempête a semblé moins violente que celles du 12 et 13 décembre. En tout, il y a eu entre novembre et décembre 6 tempêtes, sans compter les fortes précipitations. Il faut rappeler qu’en début de l’automne, une sécheresse sans précédente a fortement frappée certaines régions de la France.

Un lien entre les fortes précipitations et des tempêtes avec des vents violents

Des dépressions se sont formées en Méditerranée provoquant ainsi ces pluies de forte intensité en Méditerranée. Un rail perturbé assez bas en latitude a également fait son apparition. À ces phénomènes s’ajoutent d’autres régimes perturbés concentrés à l’ouest. Toutes ces manifestations ont provoqué de forts coups de vent et des tempêtes. Entre le 19 et le 20 décembre, les coups de vent de forte nature se sont surtout formés du côté de Saint-Étienne. Le Var et les Alpes-Maritimes ont également connu une pluie de forte intensité. Ces phénomènes climatiques sont le résultat d’un régime très perturbé qui traverse la France.

Pub

Un régime perturbé qui se prolongera

Les prévisions saisonnières estiment que les phénomènes se calmeront bientôt. Elles prévoient des conditions perturbées et aussi une grande influence océanique. Cependant, ces estimations ne sont pas forcément fiables. En effet, malgré cette pause, des séries de froids sont toujours à craindre. Selon l’ingénieur prévisionniste, des conditions anticycloniques durables toucheront la France à partir de Noël. Il rappelle que cette période prolongée spécifique ne s’est pas manifestée depuis longtemps dans le pays.