Yvelines : déblayement de 38 000 m³ de déchets

C’est une décharge sauvage à ciel ouvert de 38 000 m³ qui sera bientôt déblayée dans les Yvelines. Elle s’étend sur des terrains privés sur les communes de Carrières, Triel-sur-Seine et Chanteloup-les-Vignes.

Pub

Des déchets amassés sur 20 ans

Selon le maire de l’une de trois communes concernées, ces déchets proviennent de divers chantiers des Hauts-de-Seine, et cela dure depuis 20 ans. Gravats, carrelages, pneus usés et matières dangereuses, notamment de l’amiante, s’entassent sur plus de 38 000 m³. Surnommée la « mer de déchets », cette décharge à ciel ouvert s’étend sur 750 parcelles divisées entre 350 propriétaires. Il s’agit en fait d’anciennes terres de maraîchage qui ont été jugées non adaptées aux cultures destinées à l’alimentation humaine. C’est en 1999 qu’elles ont été décrétées impropres pour la culture à cause de la présence de plomb. Des campements illicites de Gens du voyage aux alentours ont également contribué à l’accumulation des déchets et ont fait l’objet de quatre arrêtés municipaux depuis 2015.

Sylvie Goulet, présidente de l’Association des propriétaires fonciers et exploitants agricoles (APEA), affirme que cette initiative est un véritable soulagement après 20 ans à attendre que les autorités compétentes prennent des mesures radicales. Ce nettoyage à venir est le résultat de quatre ans de lutte: « seulement un point de départ et le début du combat » selon Alban Bernard, président du Collectif Déchargeons la plaine. C’est le maire DVD de Carrières-sous-Poissy, Christian Delrieu, qui a donné le coup d’envoi des travaux le 15 janvier dernier. Selon l’élu, rien que mesurer la superficie de cette décharge à ciel ouvert et en évaluer le contenu a demandé plus de six mois de travail acharné.

Un chantier d’envergure

Le déblaiement d’une telle surface se fera en quelques étapes qui ont demandé plusieurs mois de préparation. Le chantier a été lancé mais la date de fin des travaux n’a pas encore été révélée. Les autorités insistent cependant sur le fait que les travaux seront menés par des entreprises travaillant étroitement avec des centres de gestion de déchets, ce qui accélèrera sans aucun doute le chantier malgré sa complexité technique et son gigantisme. Rappelons que le site, immense, s’étend sur pas moins de 330 ha. Cette opération d’assainissement coûtera environ trois millions d’euros. Christian Delrieu se veut rassurant, cette somme ne sera pas déduite de l’argent des contribuables. Ce sont les entreprises exploitantes qui seront amenées à prendre en charge les différents frais.

Pub

La sécurisation

Toute la zone à remblayer est aujourd’hui placé sous surveillance présentielle et électronique 7/7jours, 24/24heures : le même système de surveillance prévu pour les JO 2024 sera déployé. La déchèterie est aujourd’hui entièrement clôturée et fermée au public. Toute cette très haute technologie a pour but d’empêcher que les déchets ne s’accumulent davantage, et aussi de mettre fin à toute tentative de campement illicite.

Nettoiement

Le chemin pour accéder à la déchèterie en bordure de la D 22 reste difficile à emprunter. La deuxième étape des travaux consistera donc à dégager toutes les routes et les sentiers environnants pour faciliter l’accès à la zone par les engins. Les ordures seront également triées sur place avant d’être acheminées vers les lieux de traitements qui leur seront dédiés.

Pub

Un usage encore inconnu

Zone commerciale ou habitation ? L’usage qui sera donné à ce grand terrain reste encore inconnu malgré les nombreuses options qu’il offre, tout dépendra du constat qi sera fait à la fin du chantier. Si la zone n’est pas constructible, il sera impossible d’implanter un complexe immobilier ou industriel. Il est possible alors que ces terres soient utilisées à fins agricoles, environnementales ou pour des centres de loisirs. Toutefois, la décision sera prise d’ici la fin de l’été selon Christophe Delrieu, et des appels d’offres ont déjà été lancés. L’élu a précisé toutefois que d’ici un an et demi à deux ans, ce nouvel espace sera entièrement remodelé.