Les impacts écologiques du fioul

En remplacement de la houille et du bois, le fioul était le premier combustible sous forme d’hydrocarbure utilisé en France pour le chauffage. Sa performance était reconnue. Mais au fil des siècles, on a constaté que le fioul met en danger l’environnement. Aujourd’hui, il est fortement critiqué et déconseillé. Quels peuvent être les impacts d’un chauffage au fioul ?

Pub

Historique du fioul

Le fioul a été admis dans les foyers vers la fin du XIXe siècle. Les chaudières étaient aisément alimentées par ce combustible domestique qui s’est vu démocratisé dans les années 1950. Sa cote de popularité augmentait au point qu’il était répandu partout aussi bien dans les grandes villes qu’en campagne. D’autant plus qu’à cette époque, l’écologie n’était pas une grande priorité pour le gouvernement.

Mais cette situation a pris une autre tournure au fil des ans. Dans les années 1990, le monde a commencé à se soucier des problèmes environnementaux issus de l’usage de l’hydrocarbure, le fioul y étant compris. À la suite de quoi, le gouvernement a pris des mesures imposant l’amélioration de la combustion du fioul pour qu’il puisse encore être utilisé dans les systèmes de chauffage français.

L’État invite également les fabricants à améliorer la performance des chaudières. En parallèle à cela, il encourage les ménages à chercher un système de chauffage usant d’autres combustibles. Aujourd’hui, le gaz et l’énergie solaire sont fortement recommandés. La question qui se pose est : quelles sont les conséquences réelles de ce combustible sur notre environnement ?

Les impacts évidents du fioul sur l’environnement

Pour rappel, le fioul traditionnel utilise trois éléments pour fonctionner : la cuve à fioul, la chaudière et les radiateurs avec les circuits reliés à la chaudière. Dans cette dernière, une pompe à fioul dirige le combustible dans le brûleur qui va se servir de son gicleur pour produire la chaleur. Cette eau chaude passe près du corps de chauffe, ensuite dans les circuits et va jusqu’aux radiateurs. De cette manière, la température des pièces de la maison est augmentée.

La chaleur produite et utilisée se voit ensuite évacuée telle quelle. Dans le cas d’une chaudière à condensation, cette chaleur est récupérée pour produire à nouveau. Ce qui permet une importante économie d’énergie. Mais ce gain sur la facture de chauffage est-il vraiment tout ce qui importe ?

La pollution de l’air

Le fioul aussi appelé mazout est un combustible de chauffage très polluant. Il n’est pas le seul, mais il fait partie des plus destructeurs en tant qu’hydrocarbure et énergie fossile. À titre indicatif, il faut 2,3 m³ d’oxygène pour réaliser la combustion d’un kilogramme de fioul.

Pub

En outre, il génère d’autres gaz nocifs notamment une grande quantité de dioxyde de carbone (CO2), de dioxyde de soufre(SO2), d’oxyde d’azote et bien d’autres particules. Ces gaz sont aussi nocifs pour la santé que pour l’environnement si l’on ne cite que l’effet de serre, premier responsable du réchauffement climatique. La vie sauvage, notamment animale a aussi été touchée par ce dérèglement. Malheureusement, il n’y a pas que l’air qui est touché.

La pollution du sol et l’eau

Le sol est aussi une grande victime de ce combustible, car il peut exister des fuites au niveau des cuves de fioul. Cela va entraîner une intoxication des terrains qui deviennent arides sans qu’aucune plante ne survive.

Il en va de même pour la nappe phréatique, car le fioul peut passer dans les cours d’eau et contaminer les poissons et autres produits halieutiques qui deviennent inconsommables. Sans parler de l’épuisement des ressources naturelles étant donné le caractère non renouvelable de ce combustible.

Le passage à d’autres combustibles que le fioul

Pour toutes ces raisons, l’État invite les foyers français à se tourner vers des systèmes de chauffage utilisant d’autres sources d’énergie comme le gaz, les pompes à chaleur ou même l’énergie solaire.

Dans cette optique, différentes aides sont aujourd’hui disponibles pour les foyers qui souhaitent s’équiper d’un système de chauffage plus écologique. L’économie d’énergie n’en est pas moins exclue puisqu’actuellement, les fabricants s’attèlent à produire des matériaux réunissant ces trois éléments : écologie, économie et performance.

Il faut savoir que le chauffage au fioul interdit l’accès aux aides écologiques comme la prime énergie et le crédit d’impôt. Par contre, vous pourrez gagner jusqu’à 3 000 € de subventions si vous procédez à des travaux de remplacement du chauffage au fioul par un autre système utilisant un combustible moins polluant. Cela est possible grâce au « Coup de Pouce ».

Pub

Bref, le système au fioul est certes, économique, et chauffe encore quelques millions de foyers français de nos jours. Il existe tout de même d’autres combustibles moins dangereux, plus écologiques et suffisamment économiques.