Coronavirus : cette épidémie aurait des impacts positifs sur l’environnement

Depuis le début de cette année 2020, l’épidémie Coronavirus, originaire de Chine, a fait des milliers de morts en local, et moins d’une dizaine en France. C’est un virus qui se propage très vite, faisant trembler le monde entier. Cependant, malgré toute sa férocité, le coronavirus paraît avoir des conséquences positives sur l’environnement.

Pub

Le coronavirus diminue les émissions de gaz à effet de serre

Les émissions de gaz à effet de serre font partie des plus grands agents polluants pour l’environnement. D’après une étude récente, les émissions de gaz carbonique faisaient environ 400 millions de tonnes en 2019. Aujourd’hui, en ce mois de février 2020, ces émissions ne font plus que 300 millions de tonnes.

Une diminution de 15 % des émissions de gaz à effet de serre a donc été constatée en l’espace de deux mois. D’après les observations de scientifiques, ce changement subit est un effet par contrecoup de l’épidémie Coronavirus. Les changements engendrés par cette maladie ont apporté des conséquences positives surprenantes sur l’environnement.

Les excès d’émissions de gaz toxiques dans l’air sont la principale cause du réchauffement planétaire. Ces diminutions peuvent donc résulter, même légèrement, en un refroidissement climatique dans le monde entier. Désormais, si ces émissions de gaz à effet de serre continuent à diminuer, nous pourrions observer en France des hivers moins glaciaux, bien que les étés plus chauds fussent appréciés.

Méfaits pour l’économie, mais bien faits pour l’environnement

Comme la Chine est « sous cloche » depuis l’apparition du Corona, l’économie de ce grand acteur commercial est figée. De même pour la France, comme tous les échanges avec la Chine ont été interrompus, l’activité économique française a donc chuté. Bien qu’il soit dommageable pour l’économie des deux pays, le Coronavirus procure des avantages écologiques pour le monde entier.

Toujours d’après de récentes analyses scientifiques, la réduction d’environ 100 millions de tonnes des émissions de gaz à effet de serre est tout à fait logique. La mise en quarantaine de la Chine a causé une cessation d’activité provisoire d’un grand nombre d’usines implantées dans le pays. Ceux qui continuent leur production le font au ralenti à la suite de restrictions établies en vue de maîtriser l’épidémie.

Pub

En plus de diminuer les émissions de gaz carbonique, cette nouvelle démarche chinoise a également limité de manière considérable la consommation énergétique du pays. Cette dangereuse maladie a donc comme effet indirect, la réduction de la pollution de l’air et le refroidissement du climat.

Cet effet sur l’environnement peut-il durer ?

D’un point de vue logique, espérer que les effets positifs du Coronavirus sur l’environnement durent, c’est espérer que l’épidémie elle-même sera durable. Ces bienfaits ne peuvent en effet être observés que si le dispositif chinois actuel reste inchangé. Par ailleurs, pour garder ces bienfaits écologiques après dissolution du Coronavirus, la meilleure option est de conserver les changements apportés par la maladie.

Bien que la Chine soit l’un des pays les plus actifs du monde en matière de production de différentes sortes de marchandises, elle n’est pas le seul pays concerné par ces changements d’habitudes. Tous les pays sont effectivement responsables du réchauffement climatique et de la pollution de la planète. Chaque pays doit donc penser à diminuer les activités de leurs usines, quel que soit le secteur.

Pub

Si réduire le nombre d’usines dans chaque pays est impossible, il est primordial de trouver des solutions plus respectueuses de l’environnement pour faire avancer l’économie sans dégrader l’environnement. Outre les grandes usines, chaque personne, quelle que soit la nationalité, est également responsable de la détérioration de l’environnement. Tout le monde doit donc adopter des habitudes plus écologiques.